Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26478
y at/o y at/'l y at
definicion
locucion verbâla empersonèla
  • locucion verbâla [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • il y a [valor : 10]
    ---
  • c'è[valor : 10]
    ---
  • ci sono[valor : 10]
    ---

Variantes

  • il y at [valor : 10]
    Ècritura d'origina : il y at
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • y at / 'l y at (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : y at / l'yat
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • il y at (Bgy) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : é r i a
    Règ·ion : Bugê
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : R. Gramusset - Le Patois de Prémillieu - 2008 Web d'entèrèt :
    ---
  • o at (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : o ha
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Màs, dens lo/le muens d'un an, totes chouses changiéront; L'argent sè ressarrat, et los/les vivres ôgmentéront; Tant y at que dês depués tot vat de mâl en pir. Vint un novél mâlœor quand l'ôtro est assopi: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais, din lo moin d'vn an, toute chouse changiron; L'argent se ressarrit, et lou viure augmentiron; Tant y at que du deipui tout va de mal en pi. Vint vn nouveau malheur quan l'autro eyt assoupi:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Mais, dans (le) moins d'un an, toutes choses changèrent; L'argent se resserra, et les vivres augmentèrent; Tant il y a que désormais tout va de mal en pis. (Il) vient un nouveau malheur quand l'autre est assoupi:
    ---
  • L'on n'entend racontar que de tristes novèles; L'on ne vêt que brégands, que procès, que querèles; La religion sè pèrd, n'y at plles de Règuliérs; Les gens d'Égllése font coment los/les sèculiérs; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'on n'enten raconta que de triste nouuelle; L'on ne veit que brigand, que proceis, que querelle; La religion se perd, n'y at plu de regulié; Le gen d'Egleizi fon coma lou seiculié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'on n'entend raconter que de tristes nouvelles; L'on ne voit que brigands, que procès, que querelles; La religion se perd, (il) n'y a plus de Réguliers; Les gens d'Église font comme les séculiers;
    ---
  • Dediens un tropél il y at tot-adés un mouton nêro. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Degein on tropayo é r i at totadè on maouton nayro.
    Règ·ion : Bugê
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : R. Gramusset - Le Patois de Prémillieu - 2008
    nota : Dans un troupeau il y a toujours un mouton noir.
    ---
  • Ora n'o at pas grant-temps que ele éret en orêson aprés maténes et començâvet (a) regardar en son lévro assé come ele avêt acotuma. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or no ha pas grant teins que illi eret en oreison apres matines et comencevet regardar en son livro assi come illi aveit acotuma.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il n'y a pas longtemps, elle était en oraison après matines, et elle commençait à regarder dans son livre comme elle en avait pris l'habitude.
    ---
  • Pœr sôvar son senè cél-qué pèrd sa rubârba. L'ôtro vêt son savon que fond a sa bârba. Pœr garandar son bien n'y at pèrsona d'ouèsif: L'un sôrt d'ôlyo de nouéx, l'ôtro d'ôlyo d'olif; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe sauva son séné ceu-quy perd sa rubarba. L'autro veit son savon que fond à sa barba. Pe garanda son bien n'yat personna d'oisif: L'un sort d'huilo de noï, L'autro d'huilo d'olif;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Pour sauver son séné, celui-ci perd sa rhubarbe, L'autre voit son savon qui se font (à son nez et) à sa barbe. Pour garanti son bien il n'y a personne d'oisif: L'un sort de l'huile de noix, l'autre de l'huile d'olive;
    ---
  • Los uns ont de mulèts, de bidèts, ou de rôsses; Los ôtros font sèlar lors chevâls de carrosse. Se 'n y at que vont pœr vêr, 'n y at d'ôtros qu'ont lo souen De solagiér celos qu'ont un prèssent besouen: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lou z-un ont de mulet, de bidet ou de rosse; L'ou z-autro font sella lor chivau de carrosse. Si n'yat que vont pe vey, , n'yat d'autro qu'ont lo soin De soulagié celou qu'ont un pressant besoin:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les uns ont des mulèts, des bidets, ou des rosses; Les autres font seller leurs chevaux de carrosse. S'il y en a qui vont pour voir, il y en a d'autres qui ont le soin De soulager ceux qui ont un pressant besoin:
    ---
  • Sur lors gôfros profonds 'l y at de chemins èfreyâbllos, Màs, hèlâs! sur cetos n'y at pouent de navégâbllos. Fôdrat-o prendre fin entre la tèrra et l'êr? D'y songiér solament fât fresenar la chèrn. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Su lour gouffrou profond l'yat de chamin frayablo, Mais, hélas! su cettou n'yat point de navigablo. Faudra-to prendre fin entre la terra et l'air? D'y songié solament fat frissonna la chair.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Sur leurs gouffres profonds il y a des chemins frayables, Mais, hélas! sur eux il n'y en a point de navigables. Faudra-t-il prendre fin entre la terre et l'air? D'y songer seulement (çà) fait frissonner la chair.
    ---
  • Ne fôdrêt pas songiér de sortir per la Gralye. Lo pont est renvèrsâ, tot coma la muralye. Céls de Bôna prèssant d'étre racomodâs, 'L y at pœr y travalyér de sodârds comandâs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ne faudrit pas songié de sorti pe la Grailli. Lo pont eyt renversa tout coma la murailli. Ceu de Bona pressant d'eitre racommoda, 'L y at pe y travaillié de soudar commanda.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : (Il) ne faudrait pas songer de sortir par la Graille. Le pont est renservé, tout comme la muraille. Ceux de Bonne pressant d'être raccomodés, Il y a pour y travailler des soudards commandés.
    ---
  • Emmode sos/ses ènfants, sos/ses garçons, ses sèrventes; Màs un novél souci l'enquiète et lo/le tormente: N'y at ren dens son amêd, ren a son râteliér. Los/les forns ni los/les molins ne pont pas travalyér: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Emode souz enfan, sou garçon, se servente: Mais un novet souci l'inquiete et lo tourmente: N'y at ren den son amat, ren à son ratelié. Lou four ni lou moulin ne pon pa travalié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Fait bouger ses enfants, ses garçons, ses servantes; Mais un nouveau souci l'inquiète et le tourmente: Il n'y a rien dans son pétrin, rien à son râtelier. Les fours ni les moulins ne peuvent pas travailler.
    ---
  • Lo temps et les fènes, y at ren a comandàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo ten et le fenne, y at rén a comandé
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.564 a la pâge 227 du lévro).
    nota : Le temps et les femmes, il n'y a rien à ordonner.
    ---
  • 'L y at três maniéres de vivre: vivre, vicotàr, estantàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'y at trei magnëre de vivre: vivre, vicoté, estanté.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.575 a la pâge 231 du lévro).
    nota : Il y a trois manières de vivre: vivre, vivoter, pâtir.
    ---
  • Y at três bagues que lo Diâbllo pôt pas comprendre: la sêf dus fâvros, la fam dus magnins, et les malices dés fènes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y a tré bague que lo Dziablo pout pà comprendre: la sei di favro, la fan di magnein, et le malisse di fenne.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.634 a la pâge 244 du lévro).
    nota : Il y a trois choses que le Diable ne peut pas comprendre: la soif des forgerons, la faim des chaudronniers, et les malices des femmes.
    ---
  • 'L y at mâques doves brâves femèles u mondo: L'una 'l est pèrdua, l'ôtra, œn pôt pas la trovàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'y at maque dove brave femalle i mondo: L'euna l'est perduya, l'âtra, in pout pà la trové.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.636 a la pâge 245 du lévro).
    nota : Il n'y a que deux braves femmes au monde: L'une est perdue, l'autre, on ne peut pas la trouver.
    ---
  • El fut dens la Grand-rue jusqu'a la cort de Chôlnes; 'N y aviêt, chiéz los drapiérs, de l'hôtor de lors ôlnes. Tant y at n'y ut ren de sèc que la Polalyerie, Lo banc de Mâl-Consèly et la rue Brocherie, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y fut din la Grand ru jusqu'à la cour de Chaulnes; N'yaviet chieu lou drappié de l'hautou de lourz aulne. Tant yat n'yeut ren de set que la Poulaliari, Lo han de Mau-Consey et la ru Brochari,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Elle (l'eau) fut dans la Grand'rue jusqu'à la cour de Chaulnes; Il y en avait, chez les drapiers, de la hauteur de leurs aunes. Tant il y a (qu'il) n'y eut rueb de sec que la Poulaillerie, Le banc de Mau-Conseil et la rue Brocherie,
    ---
  • La pllace Sent-André, cela de la Volalye, Et l'Ila Cllavêson, yô je su per la palye. En l'an cinquanta et un los uns diont que 'n y ut muens, Los ôtros que 'n y ut més, màs n'y at plles de tèmouens. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La placi Saint André, cela de la Volailli, Et l'Isla Claveyson, où ie seu pe la pailli. En l'an cinquanta et un louz un dion que 'n y eut moin, Lou zoutro que 'n y eut mey, mais n'y at plu de temoin.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : La place Saint-André, celle de la Volaille, Et l'île Claveyson, où je suis par la paille. En l'an cinquante-et-un les uns disent qu'il y en eut moins, Les autres qu'il y eb eut plus, mais il n'y a plus de témoins.
    ---
  • N'y at plles de chenevo chiéz los pouros pégnéros, Ètopes, colognes sont parties pœr Bôcèro. Les fènes dèsolâs, possèdâs dus folèts, Vont chiéz los tesserands pœr chèrchiér los têles; [valor : 10]
    ècritura d'origina : N'y at plus de chenevou chieu lou pourou pigneiro, Etoupe, colagne sont partié pe Beaucairo. Le fene deisoley, possedey du folet, Von chieu lou tesseran pe charchié lour tele;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : (Il) n'y a plus de chanvre chez les pauvres peigneurs, Étoupes, poupées de quenouille sont parties pour Beaucaire. Les femmes désolées, possédées des follets, Vont chez les tisserands pour chercher leurs toiles;
    ---
  • Dus anciens Dôfénouès 'l y at encor de la race; 'L y at encora de gens que font tot avouéc grâce; De nôbllos que lo reng, les charges, los empllouès Ne rendont pas plles fiers que los simpllos borj·ouès; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Duz ancien Dauphinois 'l y at incou de la raci; 'L y at incoura de gen que font tout avec graci; De noblo que lo reng, le charge, louz emploi Ne rendon pa plu fier que lou simplo bourgeoi;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Des anciens Dauphinois il y a encore de la race; Il y a encore des gens qui font tout avec grâce; De nobles que le rang, les charges, les emplois Ne rendent pas plus fiers que les plus simples bourgeois;
    ---
  • Certes jo ne crèyo que lo mondo êt côr si frêd, se il savêt bien pensar et cognetre la très grant biotât de Noutron-Sègnor, que il no fut tot embrasâ d'amôr. Màs o at de côrs qui sont si abâtardis que ils sont come lo porcél qui âme plles lo fllât du fangiér qu'il no farêt d'una bèla rousa. Assé fant céls qui âmont plles pensar en les chouses de cet siègllo et plles y ant de confôrt que ils non ant en Diœ. Et ces sont si pllens de tènèbres que ils non y vèyont gota. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Certes jo ne croy que el mont ait cor si freyt, se il saveyt bien pensar et cogneitre la tre grant beuta de Nostrum Segnour, que il no fu toz embrasas d'amour. Mays oy ha de cors qui sont si abastardi que il sont come li porcez qui ama pluis lo fla du fangez qu'il no faroyt d'una bella rosa. Assi fant cil qui amont plus pensar en les choses de cest seglo et plus y ant de confort que il non ant en Deu. E cez sont si plein de tenebres que il non y veont gota.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Certes, je ne crois pas qu'il y ait au monde cœur si froid qui ne fût tout embrasé d'amour s'il pouvait imaginer et connaître la très grande beauté de Notre-Seigneur. Mais il y a des cœurs si abâtardis qu'ils sont comme le pourceau qui préfère l'odeur du bourbier à celle d'une belle rose. Ainsi font ceux qui aiment mieux appliquer leur esprit aux choses de ce monde et y trouvent plus de réconfort qu'en Dieu. Et ceux-là sont si pleins de ténèbres qu'ils n'y voient goutte.
    ---
  • Ceta-qué n'en menêt pas lârjo; ele bèssiét la téta et sos uelys pelyonéront come se ele alêt pllœrâr. Ele étêt gonflla. Le mariâ, que regardêt sa mia du couen de l'uely, s'en apèrcevét. El aviét un côp u cœr. Il parlét un pou hiôt: "Què qu'il vœs fôt de més? Y at-il quàrqu'yons que vuelyont un ôtro vêrro de vin?" [valor : 10]
    ècritura d'origina : Stetyé n'è meneû po lordze; éle béssi la téte é sôz u peyeûnèran kme si éle aleû pleûro. Él éteû gonfle. Le maryun, ke regardeû sa miye du kouan de l'eû, s'èn aparsevi. Al ayi un kou u tcheure. A parli un pou yo: "Ka k'i voueû fo de mé ? Y a t i kétyan ke voueulan un otre vare de van?"
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Celle-ci en était toute navrée; elle baissa la tête et ses yeux papillotèrent comme si elle allait pleurer. Elle était gonflée (par les larmes). Le marié, qui regardait sa mie du coin de l'œil, s'en aperçut. Il eut un coup au cœur. Il parla résolument: "Qu'est-ce qu'il vous faut de plus? Y a-t-il quelqu'un qui désire un autre verre de vin?"
    ---
  • Et pués, y at ceto grànd jaguenél de Pierro a Cuseniér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Api, y a stu grè dzagné de Pyare a Tchuzeni.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Et puis, il y a ce grand niais de Pierre Cuisinier.
    ---
  • Màs y at de grànds fôls permié lyor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mé y a de grè fou premi zyo.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Mais il y a de grands fous parmi eux.
    ---
  • Pœr Saviése 'l at d'alyuéno tant que n'on vôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pé Chavyeje l'a d'arlouénó tan kyè n'oun ou.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Christophe Favre et Zacharie Balet - Lexique du Parler de Savièse - Berne - 1960
    nota : Savièse il y a de la grande absinthe tant qu'on en veut.
    ---
  • 'N y at qu'una amouelosa vers los Dèbâts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ny a qu'un-ne amoueûluze ve lô Débo.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il n'y a qu'una (faneuse) qui mette le foin en (gros) tas dans le pré des Desbat.
    ---
  • Y at una grànda arâtelâ a fére u jorn d'houé. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y a un-ne grède arotélan a fére odzeûrdi.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il y a un grand espace à râteler aujourd'hui.
    ---
  • Y at pas un plles acrâpi que llui. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y a po én peu acrapì que llu.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : Lavoyer Ivo - Dictionnaire du Patois de Chambave - 2017
    nota : Il n'y a personne plus avare que lui.
    ---
  • La tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença bete la prateca a la premiéra pllace; ele èstime que la cognessença humèna pôt, en niona maniéra, étre copâye de la prateca et refuse totes celes tèories fôsses que néyont l'importança de la prateca et copont la cognessença de la prateca. Lènino at dét: "La prateca est supèriora a la cognessença (tèoreca), porquè y at la dignitât, pas justo du gènèral, mas oncor du rèèl imèdiat". [valor : 10]
    ècritura d'origina : La teoria materialista-dialekteka de la kogneisensa bete la prateka a la mreneiha plase; ila estime ke la kogneisensa umanha pot, in gnunha magneiha, eitre kopeya de la prateka e refuze tute hale teorie faase ke nion l'importansa de la prateka e kopon la kogneisensa de la prateka. Lenine at det: "La prateka et superiora a la kogneisensa (teoreka), perkei i at la dignito, pa dzestò di gzeneral, ma inkò di real imediat".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : La théorie matérialiste-dialectique de la connaissance met la pratique à la première place; elle estime que la connaissance humaine ne peut, en aucune manière, être coupée de la pratique et rejette toutes ces théories erronées qui nient l'importance de la pratique et coupent la connaissance de la pratique. Lénine a dit: "La pratique est supérieure à la connaissance (théorique), car elle a la dignité non seulement du général, mais du réel immédiat."
    ---
  • Il est por cen que los "mè-sâvo-tot" sont ridiculos. Y at un viely provèrbo ch·inês: "Sensa entràr dens la cacha de la tigra, coment acapàr sos petiôts?" [valor : 10]
    ècritura d'origina : I et pe hen ke le "me sei tut" sont ridikulò. I at in viell proverbò kxineis: "Sensa entrei din la kaksa de la tigra, komen akapei se pekiot?"
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : C'est la raison pour laquelle les "je-sais-tout" sont si ridicules. Il y a un vieux proverbe chinois: "Si l'on ne pénètre pas dans la tanière du tigre, comment peut-on capturer ses petits?"
    ---
  • Il fôt solégnér icé doux pouents importants. Lo premiér, de què y at ja étâ quèstion et sur què il convint de retornàr oncora, il est la dèpendença de la cognessença racionèla per rapôrt a la cognessença sensiblla. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I fat solignei hik do point importan. Lo premei, de ke i at gza ito kestion e su ke i konveint de retornei inkoha, i et la deipendensa de la kogneisensa rasionaala pe raport a la kogneisensa sensibla.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Il faut souligner ici deux points importants. Le premier, dont il a été question précédemment et sur lequel il convient de revenir une fois de plus, est la dépendance de la connaissance rationnelle à l'égard de la connaissance sensible.
    ---
  • Justo, en èfèt, cé sôt pèrmèt d'èprovàr la valor du premiér, o-est-a-dére de s'assuràr se les idâs, tèories, poleteca, pllans, moyens d'accion, etc. èlaborâs u cors du procèssus de rèflèccion du mondo objèctif sont justos ou fôx; y at pas d'ôtros moyens por fére l'èprôva de la veretât. Ora, se lo prolètariat chèrche a cognetre lo mondo, o est por lo transformàr; y at pas d'ôtros buts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gzestò, in eifet, hi saat permet d'eiprovei la valor di premei, i et a deihe de s'asurei se les ido, teorie, poleteka, plan moaien d'aksion, ets. eilaboro i kors di prosesus de refleksion di mondò obgzetif sont gzestò o faas; i at pa d'aatre moaien pe feihe l'eiprova de la veheto. Ora, se lo proletariat kserkse a kogneitre lo mondò, i et pe lo transformei; i at pa d'aatre but.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De io vegnon les ido gzeste? - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1963 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Seul, en effet, ce bond permet d'éprouver la valeur du premier, c'est-à-dire de s'assurer si les idées, théories, politiques, plans, moyens d'action, etc. élaborés au cours du processus de réflexion du monde objectif sont justes ou faux; il n'y a pas d'autres moyen de faire l'épreuve de la vérité. Or, si le prolétariat cherche à connaître le monde, c'est pour le transformer; il n'a point d'autre but.
    ---
  • Y at bèle volya de pllôre. Y at bèle ren volya de fére bon temps. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'at belle voya de ploure. L'at belle ren voya de fére bon ten.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Il a vraiment envie de pleuvoir. Le temps n'a vraiment pas envie de se mettre au beau.
    ---
  • - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâdes pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo! [valor : 10]
    ècritura d'origina : - Senten voutro propou, dze trevollo de pouëre! Dze m'étouno que vò v'eyo pa sentu dëre Que l'at dzà prei sat ommo, et que lo premië dzor, Lo matin, contre llië, le s-an tseut trovà mort: Et cen que l'y at lé de pas trop agréàblo, L'an tseut étà étrangllià, l'an-té deut, pe lo dzablo!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : - Entendant votre propos, je tremble de peur! Je m'étonne que vous n'ayez pas entendu dire Qu'elle a déjà pris sept maris, et que le premier jour, Le matin, auprès d'elle, on les a tous trouvés morts: Et, ce qu'il y a là d'épouvantable c'est que Ils ont tous été étranglés, dit-on, par le diable!
    ---
  • N'ens pas tant fêt d'aprèstements, arrengiêdes-vos avouéc cen que 'l y at. [valor : 10]
    ècritura d'origina : N'en pa tan fé d'apprestemen, arrendzade-vo avouë cen que l'y at.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Nous n'avons pas préparé grand-chose, arrengez-vous avec ce qu'il y a.
    ---
  • Bientout des envitâs la tâblla 'l est ja pllêna. "Ora, dit Ragouèl, prende vêr sensa gêna. N'ens pas, dens cél denâ, fêt grants bagues avouéc ren; Du poca qu'o y at, fédes niœn compliment". Màs Tobie, tot-un, possêt encor ren prendre; L'Ange revegnêt pas, cen possêt pas l'entendre (=il s'en consolâve pas)! Câr 'l aviêt preyê-lo de volêr bien alar Prendre, avouéc Gabelus, l'argent a tere-pelàr (qu'il dêt). [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bientou di s-invità la tabla l'est dzà pleina. "Arra, deut Ragüel, prende-vei sensa geina. N'en pa, din ci dené, fét gran bague avouë ren; Di pocca que l'y at, féde gneun complimen. Më Tobie, teuteun, pochet incò ren prendre: L'Andze revegnet pa; cen pochet pa l'intendre! Car l'ayet prià-lo de volei bien allé, Prendre, avouë Gabelus, l'ardzen a trepellé.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Bientôt des invités la table est pleine. "Maintenant, dit Raguël, servez-vous donc sans gêne. Dans ce dîner, nous n'avons pas fait grand chose; Pour le peu qu'il y a, ne faites aucun compliment". Mais Tobie ne pouvait encore rien prendre: L'Ange ne revenait pas, et il ne pouvait s'en consoler. Car il l'avait prié de vouloir bien aller lui-même Prendre chez Gabelus l'argent exigible.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche