Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 27264
y avêt
definicion
locucion verbâla empersonèla
  • locucion verbâla [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • il y avait [valor : 10]
    ---
  • c'era[valor : 10]
    ---
  • era (c'-)[valor : 10]
    ---

Variantes

  • y avêt (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : iy avoueû
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994 Web d'entèrèt :
    ---
  • y avêt (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : y avai
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt :
    ---
  • y aviêt (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : yaviet
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Màs la chànçon n'étêt pas féni. Cetos-qué que venant de batre lo/le tracassin sôtéront dèns los/les prâts et les tèrres. Ils s'aviéront la dèvaliére, et sè metéront a cœrir tant qu'ils poviant, por pâssâr devànt la nœce. Ils veredolant dèrriér-lé-avâl; ils n'avisant pas s'il y avêt de fen dèns los/les prâts, ou des trufes dèns les tèrres. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mé la tsèssan n'éteû po fini. Stotyé ke venan de batre le tcharkassan sotèran dè lô pro é lé tare. I s'avyèran la dévalire, é se métèran a keûri tan k'i poueûyan, pe possyun devè la neusse. I vredoleû dérelovun; i n'avizan po si iy avoueû de fan dè lô pro, ou de treufe dè lé tare.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Mais la chanson n'était pas finie. Ceux qui venaient de battre le charivari sautèrent dans les prés et les terres. Ils s'élancèrent sur la descente et se mirent à courir de toutes leurs forces pour passer devant la noce. Ils fuyaient du côté d'en bas, comme un troupeau de vaches piquées par les taons; ils ne regardaient pas s'il y avait du fon dans les prés ou des pommes de terre dans les terres. [s'avyèran: aviar allumer, donner la vie, mettre en mouvement, du lat. VITA.]
    ---
  • Ceto côp, le chemin étêt barrâ avouéc des branches de bouésson. Tœta la nœce s'arrètét devànt. Il n'y avêt pas moyèn de pâssâr sèn sè dèfripâr. Bièn sûr que la rœba et le vouèlo de la mariâ ne serant pas arrevâs tœt èntiérs a l'égllése. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Stu kou, le tseûman éteû baro avoui de brantse de bouissan. Teute la neusse s'aréti devè. I n'y avoueû po moueûyè de possyun sè se défripo. Byè seû ke la reube é le vouale de la maryan ne seran po arevo teût ètyé a l'églize.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Cette fois, le chemin était barré avec des branches de buisson. Toute la noce s'arrêta devant. Il n'y avait pas moyen de passer sans se déchirer. Certainement larobe et le voile de la mariée ne seraient pas arrivés tout entiers à l'église.
    ---
  • Et pués y avêt doux fèrméls qui cllosévant lo lévro, qui érant ècrits de lètres d'or. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et puis y aveit dos fermeuz qui closant lo livro, qui erant escrit de letres d'or.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il y avait aussi deux fermoirs qui fermaient le livre; ils étaient écrits en lettres d'or.
    ---
  • Y avêt huét jœrns que dediens cela vela, Un prèsident de Chambèri la bèla, Fassêt/fassent sembllent de rafrèchir l'union, Il vint tramar voutra grand tràyison. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y avai voui zeur que dedian cela vella, On présidan de Chamberi la bella, Fassai sanblian de rafraichi l'union, Y vin trama voutra gran trehison.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 39. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Il y avait huit jours qu'en cette ville, Un président de Chambéry la belle, Faisant semblant de rafraîchir l'union, Vint tramer votre grande trahison.
    ---
  • Cet lévro fut dedens assé come un biô merior, et n'o y avêt fôr que doves pâges. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cit livros fut dedinz assi come uns beauz mirors, et no hy aveit fors que due pages.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ce livre était à l'interieur comme un beau miroir, et il n'y avait que deux pages.
    ---
  • El fut dens la Grand-rue jusqu'a la cort de Chôlnes; 'N y aviêt, chiéz los drapiérs, de l'hôtor de lors ôlnes. Tant y at n'y ut ren de sèc que la Polalyerie, Lo banc de Mâl-Consèly et la rue Brocherie, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y fut din la Grand ru jusqu'à la cour de Chaulnes; N'yaviet chieu lou drappié de l'hautou de lourz aulne. Tant yat n'yeut ren de set que la Poulaliari, Lo han de Mau-Consey et la ru Brochari,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Elle (l'eau) fut dans la Grand'rue jusqu'à la cour de Chaulnes; Il y en avait, chez les drapiers, de la hauteur de leurs aunes. Tant il y a (qu'il) n'y eut rueb de sec que la Poulaillerie, Le banc de Mau-Conseil et la rue Brocherie,
    ---
  • Nos entendens que entre les ôtres chouses o lyé fut demandâ quinta vouèx et quinta parola o lyé éret sembllent que ele aouét. Et ele rèpondét qu'il la avêt come homo, ço lyé éret sembllent; màs difèrence y avêt si grant que no lyé éret viêres que negun côrps humen que vivet en tèrra pouét entendre en son côr ne dére de boche neguna sembllence ni neguna èstimacion de la grant biotât et doçor de cela glloriosa vouèx et parola. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Nos entendin que entre les autres choses oy li fut demanda quinta voys et quinta parola oy li eret semblanz que illi oyt. Et illi respondit qu'il la aveit come honz, co ly eret semblanz; mays differenci y aveit si grant que no ly eret vyayres que neguns cors humans qui vivet en terra puit entendre en son cor ne dire de bochi neguna semblanci ne neguna estimacion de la grant beuta et doucour de cella gloriosa voys et parola.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Nous savons qu'on lui demanda entre autres choses quelle voix et quelle parole elle avait cru entendre. Elle répondit que c'était une voix d'homme, à ce qu'il lui semblait, mais il y avait une différence si grande qu'il ne lui semblait pas que nul homme vivant sur terre pût concevoir en son cœur ou exprimer par sa bouche rien qui ressemblât ou pût être comparé à la grande beauté et à la douceur de cette voix et de cette parole de gloire.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche