Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : y
23310

definicion : -

nota : 1) y avoir = "y avêr"; 2) il y a = "(il) y at" (quelquefois il y en a (il) en y at, y en at)

  • Francês : y
  • Gramatica : pronom pèrsonel
  • Varianta : y (VdA)
  • Varianta : y (Bjl)
  • Frâsa : Et il sè passêt la lengoua sur les lavres, pôt-étre por lechiér les dèrriéres gotes de vin que s'y trœvant oncor. Tœs los jouenos sè metéront a rire, màs pas trœp fôrt, por ne pas fére honta a la mariâ.
  • Frâsa : Ceto côp, le chemin étêt barrâ avouéc des branches de bouesson. Tœta la nœce s'arrètét devànt. Il n'y avêt pas moyèn de passar sèn sè dèfripar. Bièn sûr que la rœba et le vouèlo de la mariâ ne serant pas arrevâs tœt èntiérs a l'égllése.
  • Frâsa : Quand lo solely sè cuche cllâr et que 'l y at ren de nioles, marque lo crouê temps.
  • Frâsa : Dediens sa man il y tint la victouère, A lui solèt en demore la glouère. A tot jamés son Sent Nom sêt beni! Amen, amen, ainsi, ainsi soit-y!
  • Frâsa : Sur lors gôfros profonds 'l y at de chemins èfreyâbllos, Màs, hèlâs! sur cetos n'y at pouent de navégâbllos. Fôdrat-o prendre fin entre la tèrra et l'êr? D'y songiér solament fât fresenar la chèrn.
  • Frâsa : Qui l'agouéte les gentes joutes, Y muere de fam ux coutes.
  • Frâsa : Fôt y pensàr sèpt côps devant que sè betàr en colère, et sèptanta côps sèpt côps devant que sè mariàr.
  • Frâsa : Lo savatiér du couen, plles pèmo que marmota, N'ôse plles ricaniér, ni subllar la linota; Qui decé, qui delé, châcun s'en sentirat; Et tâl n'y pense pas, que s'en soventerat:
  • Frâsa : En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé.
  • Frâsa : Et la nuet aprés, ele vit les très grants èpoventâblles visions pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on non y porrêt metre compto ni sembllence ni neguna èstimacion.
  • Frâsa : Il mè ferêt dèpelyér sèn n'y savêr, ceto grand inœcent.
  • Frâsa : Il est pas pœr ne pas payér que je tè dio cèn. Je sé ben qu'il fôt que j'y pâsso.
  • Frâsa : Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllou três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs.
  • Frâsa : Il y at acordâ tœt ce qu'il at vœlu.
  • Frâsa : Quiconque volyésse cognetre un fenomèno pôt pas y arrevàr sensa sè betàr en contact avouéc llui, il-est-a-dére sensa vivre (sè donàr a la prateca) dens l'ambiança méma de cé fenomèno.
  • Frâsa : Je y é portâ a-z y-eles. Je y é dœnâ a y-ele.
  • Frâsa : Dames et Monsiœrs, tot vint de Turin, de Fllorence, De Roma, de Milan, d'Anglletèrra et de France. Vegnont chèrchiér l'êr frèque et la bôna apetit, Senant les louidors dens tot noutro payis. Les uns a Sent-Martin vant sus per la valâla, U Mont-Rose tot setout y balyont l'escalâla. D'ôtros de Châtelyon siuvont lo drêt chemin, Vant agouétiér de prés lo front du Mont-Sèrven. D'ôtros sur lo Mont-Bllanc y vant pllantar lœrs tendes; Tot-un y réstont pas les fétes de Chalendes; Et p'étre sur les bèques u levâ du solely Pèrdriant en rampelyent les onglles des artelys. D'ôtros côront pas tant; lœr, cregnont trop la lagne; Les bins de Cort-Mayor fant lœr grant pâssa-temps, Ou ben pœr gouarir des mangagnes Prègnont les égoues a Sent-Vincent.
  • Frâsa : Lœr, quand vant u bornél, 'ls y réstont una pousa; Lé, tac-tac et tac-tac... on nen vêt pas la fin. Fôt ben, que voléd-vos? sè dére quârque chousa; S'érant pas détes ren dês d'hora lo matin.
  • Frâsa : "A Gabelus, mon fely, je dêvo t'avèrtir Que j'é prétâ d'argent; vês-tu, cé-y-at l'ècrit. Et pœr lo tere-pelàr te vés tant que en Mèdie. - Je sé pas lo chemin, dit lo petiôd Tobie. - Oh! pœr cen, mon garçon, fôt pas trop tè pênar: Va tè chèrchiér quârqu'un bon pœr tè l'y menàr".